Stratégie pour s’y accrocher

Courir le Marathon de New York avant 2020 : La résolution est statuée, claire, et ne dépendant que de moi.
Tenir ses engagements perso, peut  néanmoins se révéler plus compliqué que ce que l’on peut croire,, et si Internet ne sera pas une aide à ce niveau, il faudra compter sur soi, mais et il faut se l’avouer il s’agit d’une chose bien plus facile à dire qu’à faire car bien que l’objectif étant fixé, aucun engagement n’est pris, au pire en n’y arrivant pas la vie continuera, personne n’en saura rien, je n’aurais rien perdu, et je ne serais pas le premier humain sur cette planète à avoir abandonné le sport. Il me restait donc à trouver un terrain d’engagement, où je risquerais à perdre en cas d’abandon. Après petite reflexion, elle ne fut pas compliquée à trouver : Jouer sur mon image ! Comment? En m’appuyant sur le fait que l’image que je dégageais à mon entourage était celle d’une personne qui allait jusqu’au bout de ses objectifs, et qu’en règle générale j’arrivais à obtenir ce je désirais alors qu’en dire si cela ne tenais qu’à ma propre personne, ça devait être facile même pour le gros fainéant que je suis.
Pour faire clair ma stratégie aura été d’en parler au plus grand nombre, une façon pour moi de chercher à m’éviter la “honte” d’un objectif non accompli en arrêtant le sport (que je n’avais pas encore commencé jusque là), en partant du principe que plus de personnes étaient au courant, plus je me sentirais mal à l’aise en répondant “j’ai abandonné” quand on me posera la question sur mon évolution dans quelques mois.


Et c’est en cherchant à appliquer cette stratégie que je me suis heurté aux premières frustrations, le Tunisien étant le nabbar® par excellence, entre les “mouais”,  les “on verra quand est-ce que tu achèteras tes premières paires de pompes”, les “mara quoi? marathon?”,  les “si tu savais le nombre de fois où on m’avait dit que quelqu’un allait faire du sport?”, les “t’es sûr de pouvoir trouver du temps”, les “tu me préviendra quand t’auras abandonné”, et j’en oublie… malgré cela je ne regrette pas le choix de la stratégie, car à vrai dire ce qui comptait pour moi était d’éviter à leur donner raison, ceux qui me connaissent sauront également que je ne raterais pour rien au monde l’idée de voir les têtes à certains quand ils me reposeront la question tout sûrs d’eux d’ici quelques semaines avec le sourire narquois “alors le sport t’as arrêté hein?” et que je leur couperais l’herbe sous les pieds, ptain j’aime déjà!Cette expérience, essentiellement côté professionnel, m’a également permis de comprendre qu’on arrivera à rien tirer de certaines personnes qui  se fixent des limites par eux mêmes, et il n’y a qu’à voir leurs perfs (à vrai dire pour certains cas je n’apprend rien de nouveau, mais ça c’est une autre histoire).
Bref aujourd’hui, et grâce à tout ces gens là, je me sens encore plus motivé à acheter la première paire de pompes, à me tenir à mon programme d’entrainement, à aller jusqu’au bout du marathon, et à finir mon premier avant mes 30 ans. Comme quoi, le tanbirr ça a du bon !

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s